Avant-propos de la Banque africaine de développement

« Notre succès à tous est celui de l’Afrique... Ensemble, nous deviendrions comme un baobab dont les racines seront assez profondes pour toucher toutes les parties de l’Afrique ».

Akinwumi A. Adesina, Président, Groupe de la Banque africaine de développement

La pandémie de COVID-19 a provoqué une crise sanitaire sans précédent dont les effets socioéconomiques sur les pays africains ont été dévastateurs. La récupération et la reconstruction passent impérativement par la conjugaison des efforts non seulement pour élargir l’accès aux vaccins, mais aussi pour faciliter la circulation des personnes sur le continent. Rendre les vaccins plus accessibles et faciliter la circulation des personnes sont essentiels pour relancer le commerce et les investissements dans le tourisme, les industries liées aux voyages et d’autres secteurs tout aussi cruciaux, tels que l’agriculture, l’énergie et l’industrie manufacturière.

Les résultats de l’indice d’ouverture sur les visas en Afrique peuvent aider les pays à mener des réformes politiques à même de renforcer la résilience et de favoriser la reprise de l’Afrique. En fournissant aux lecteurs les données les plus récentes, le Rapport sur l’ouverture des régimes de visa en Afrique aidera les Africains à décider des endroits à visiter, des lieux où faire des affaires et des pays où investir. Il indiquera également aux pays membres de la Banque africaine de développement les domaines nécessitant une réforme des politiques.

En dépit des évolutions positives de ces cinq dernières années, des réformes sont encore nécessaires. Pour la première fois depuis la publication du Rapport sur l’ouverture des régimes de visa en Afrique, les données montrent une légère baisse des niveaux d’ouverture en 2021, après que certains États aient temporairement inversé leur régime libéral de visas en raison de la pandémie de COVID-19 et surtout de l’instabilité récente dans leur pays. Les voyageurs africains ont désormais besoin d’un visa pour accéder à un peu plus de la moitié des pays du continent.

Néanmoins, les tendances entre 2016 et 2021 sont encourageantes. Elles montrent que deux tiers des pays du continent, toutes régions confondues, ont amélioré ou maintenu leur note d’ouverture sur les visas au cours des cinq dernières années. Parallèlement, 24 pays africains proposent désormais l’eVisa pour faciliter l’accès à leurs territoires.

La pandémie de COVID-19 a donné un nouvel élan à la mobilité humaine. Tirons parti de ce facteur positif en améliorant la connectivité et en adoptant les solutions technologiques. Une Afrique avec des régimes de visa libéraux et des frontières ouvertes profite à tous.

Dr Khaled F. Sherif, vice-président, Développement régional, intégration régionale et prestation des services

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.