Défendre la libre circulation en Afrique

Points saillants en 2021

En dépit des mesures de confinement imposées par la pandémie de COVID-19, de nombreux pays africains continuent de déclarer leur ouverture en matière de visa aux citoyens des autres pays du continent :

  • La note moyenne des 10 premiers pays sur l’indice d’ouverture sur les visas en Afrique est passée de 0,902 en 2020 à 0,904 en 2021.
  • Le Bénin, la Gambie et les Seychelles ont continué à offrir un accès sans visa à tous les Africains.

Néanmoins, le niveau d’ouverture sur les visas en Afrique a globalement connu une légère baisse au cours de l’année. Le continent est divisé à quasi-égalité entre les pays ayant une politique libérale en matière de visas et ceux dont la politique est plus restrictive : 

  • 25 % des pays africains accueillent une partie ou la totalité des visiteurs africains, sans visa.
  • 24 % des pays africains autorisent une partie ou la totalité des visiteurs africains à obtenir un visa à l’arrivée.
  • 51 % des pays africains font obligation aux visiteurs africains d’obtenir un visa avant leur arrivée.

Faits marquants de 2016 à 2021

Entre 2016 et 2021, 36 pays—soit les deux tiers du continent—ont amélioré ou maintenu leurs notes sur l’IOVA. 

En 2021, 24 pays africains—soit 44 % des pays du continent—offrent le visa électronique, contre 9 pays africains (17 % du continent) en 2016.

« Nous avons besoin d’un régime de visa qui aide les gens à se déplacer. Il nous faut aussi un bon régime douanier et un bon contrôle frontalier automatisé pour favoriser la circulation des personnes, des biens et des services, afin d’assurer le développement, la croissance et la durabilité de l’économie africaine au moment où nous commençons à nous remettre de la pandémie. » 

Adefunke Adeyemi, directeur régional pour l’Afrique, Association internationale du transport aérien

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.